Le Réveil Lozère 13 février 2019 à 14h00 | Par Aurélie Pasquelin

Didier Guillaume en visite en Lozère

Profitant de l’organisation du congrès de la fédération nationale bovine (FNB), le ministre de l’Agriculture est venu en Lozère le 5 février dernier. Outre son discours à l’espace évènements de Mende, Didier Guillaume est venu, suite à l’invitation de la FDSEA 48 aux Badieux pour visiter le Gaec Durand Francis-Bastien.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© Aurélie Pasquelin) Le matin du 5 février, Didier Guillaume est venu visiter l’exploitation de la famille Durand, aux Badieux, commune des Bondons. © Aurélie Pasquelin  © Aurélie Pasquelin Sur l’exploitation de Bastien et Francis Durand, le ministre de l’Agriculture a pu échanger avec les élus et responsables syndicaux du département. © Aurélie Pasquelin Pour sa venue en Lozère, les agriculteurs avaient préparé au ministre un petit-déjeuner lozérien. © Aurélie Pasquelin  © Aurélie Pasquelin  © Aurélie Pasquelin  © Aurélie Pasquelin Didier Guillaume s’est exprimé pendant un peu plus de trente minutes devant les congressistes. © Aurélie Pasquelin  © Aurélie Pasquelin

Installés aux Badieux, sur la commune des Bondons, Francis et Bastien Durand élèvent des Aubrac et quelques Charolaises. Cette exploitation familiale, typique de la Lozère a accueilli mardi 5 février Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, en visite dans le département pour le congrès de la FNB qui se déroulait à Mende les 5 et 6 février. Une visite qui n’est pas passée inaperçue et qui a permis aux éleveurs comme aux élus présents d’échanger avec le ministre sur des questions agricoles comme l’eau, les aides européennes, l’ICHN ou la prédation (voir encadré ci-dessous). En visite sur l’exploitation, le ministre de l’Agriculture a salué l’agriculture lozérienne. « L’élevage est une chance pour notre pays, a-t-il déclaré. On voit bien ici que ces Aubrac sont bien traitées. »

Lutter contre l’agribashing
Si Didier Guillaume a insisté sur ce point c’est qu’il a tenu à rassurer les personnes présentes face aux différentes critiques auxquelles l’élevage fait face ces derniers temps. L’agribashing, comme on l’appelle, a d’ailleurs mobilisé une partie du temps de réflexion des participants au congrès lozérien. « Notre agriculture est belle, forte et durable, il faut arrêter l’agribashing, a déclaré Didier Guillaume lors de sa visite aux Badieux. Les éleveurs s’impliquent dans ce qu’ils font, on le voit ici sur cette exploitation. Chacun est libre de manger ou non de la viande mais en tout cas, il faut réconcilier la France urbaine et rurale. » Un discours que l’ancien maire de Bourg-de-Péage a d’ailleurs repris lors de sa prise de parole, quelques heures plus tard, devant les congressistes réunis à Mende : « Les agriculteurs ne sont ni des pollueurs, ni des empoisonneurs, ni des industriels », a-t-il déclaré. Un message qui sera d’ailleurs appuyé au Salon international de l’agriculture puisque Didier Guillaume a annoncé que le stand du ministère serait cette année tourné sur ce thème avec pour slogan « Ensemble arrêtons l’agribashing ».

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1497, du 14 février 2019, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Les citoyens des campagnes n’ont-ils pas les mêmes droits que les citoyens des villes ?

telle est la question que se pose la FNDP dans un communiqué daté du 15 février qui fait suite à l’abattage d’un loup agressif à Bormes-les-Mimosas.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui