Le Réveil Lozère 25 avril 2018 à 09h00 | Par Nancy Sagnet

Désinfecter pour éviter la contamination

Lors de la traite, les risques de contamination des vaches suivantes par des germes sont accrus. Pour y faire face, le Gaec du Coulagnet a opté pour un matériel de désinfection automatique des griffes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Nancy Sagnet

Traire une vache présentant une mammite porte toujours un risque de contamination pour les vaches suivantes. Cette problématique est rencontrée au quotidien par les éleveurs laitiers. C’était le cas de Maxime Savajols, associée au Gaec du Coulagnet situé sur la commune du Chastel-Nouvel. Tout a commencé en 2012, dès l’entrée des 75 vaches laitières dans le nouveau bâtiment. « Nous avons eu dès le départ de nombreuses mammites et un taux cellulaire au tank élevé soit supérieur à 400 000 cellules par millilitre, entraînant de lourdes pénalités sur la paie de lait », confie Maxime Savajols. Par la suite, l’école vétérinaire de Toulouse est alors venue réaliser un diagnostic. « Nous avons donc changé nos pratiques sur la gestion de la litière ainsi que notre manière de préparer les vaches à la traite en adoptant une technique de prémoussage et enfin le nettoyage individuel de chaque vache », continue l’agriculteur.
Par ailleurs, l’école vétérinaire de Toulouse a aussi conseillé à l’éleveur de désinfecter les manchons trayeurs entre chaque vache infectée pour éviter de contaminer les suivantes.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1457, du 26 avril 2018, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui