Le Réveil Lozère 20 décembre 2016 à 08h00 | Par Yvan Guilhot

Des yaourts traditionnels à la Ferme du causse

À Longviala, la SAS Ferme du causse transforme le lait de brebis depuis 2007. Forte de ce succès commercial, la famille Delon s’apprête à développer une nouvelle activité de fromagerie. Pour continuer d’innover.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christian Delon avec ses brebis Lacaunes sur le causse de Sauveterre.
Christian Delon avec ses brebis Lacaunes sur le causse de Sauveterre. - © Yvan Guilhot

Christian et Mauricette Delon sont tous les deux issus de familles d’agriculteurs en production ovine laitière. Initialement installés à Campagnac en Aveyron avec un atelier d’engraissement d’agneaux, le couple a franchi les quelques kilomètres qui les séparaient de la Lozère pour venir s’installer à Longviala, sur la commune de La Tieule, en 2000. L’exploitation qui compte 235 hectares est déjà convertie à l’agriculture biologique. Un mode de production « très adapté au causse », que les producteurs garderont après leur installation. Alors que la Ferme du causse livre son lait bio issu de 470 brebis Lacaunes à une laiterie de la région, c’est la pénurie de céréales de 2007 qui va déclencher la conversion de l’exploitation à la transformation. « En 2007, le prix des matières premières bio a été multiplié par deux, se souvient Christian Delon. Nous avons demandé une revalorisation du lait que nous n’avons pas obtenu. Avec des charges importantes, nous avions deux solutions, soit partir en transformation fromagère avec déjà des produits sur le marché ou aller sur le yaourt. »
Distribution en magasin bio
La ferme prend alors sur sa trésorerie pour acheter sa première conditionneuse et un pasteurisateur et produire ses premiers yaourts fermiers. Après deux à trois mois d’essais pour trouver la recette optimale, c’est le départ de l’aventure. Dans les premiers temps, la ferme mobilise seulement une petite partie de sa production de lait mais les volumes vont augmenter rapidement jusqu’à atteindre 9 000 litres par semaine actuellement. Quatre-vingt-quinze pourcents des produits sont distribués dans les magasins bios et une petite partie via la grande distribution en Aveyron et en Lozère. Les yaourts nature, à la châtaigne, au miel ou sur lit de fruits sont fortement appréciés par les consommateurs.

La suite dans le Réveil Lozère, page 6, édition du 22 décembre 2016, numéro 1389.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Un renforcement des ambitions environnementales et climatiques de la Pac ainsi que du bien-être des animaux devrait aller de pair avec la mise à disposition de fonds appropriés pour leur mise en œuvre.

écrivent les ministres de l’Agriculture français (Didier Guillaume), allemande (Julia Klöckner) et polonais (Jan Krzysztof Ardanowski), dans une déclaration commune.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui