Le Réveil Lozère 04 octobre 2016 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

« Des solutions existent, mais que fait le ministre ? »

Les éleveurs du grand bassin allaitant réclament l’accélération des demandes de certificats sanitaires, indispensables pour dégager le marché du broutard. Mais a priori le ministère n’a pas saisi l’urgence de la situation. Explications avec Pascal Lerousseau, coordinateur du Berceau des races à viande.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pascal Lerousseau, éleveur en Creuse et coordinateur du berceau des races à viande.
Pascal Lerousseau, éleveur en Creuse et coordinateur du berceau des races à viande. - © Sophie Chatenet

Quel est l’enjeu actuellement sur le marché du maigre ?
Nous sommes clairement face à une situation inédite depuis vingt ans. Jamais les éleveurs n’ont été confrontés à des cours aussi bas. Le plus grave, c’est que cette baisse tend à s’amplifier. Le climat est délétère dans les campagnes, et la colère est d’autant plus grande que la situation est loin d’être inéluctable. La perte de têtes exportées vers le marché italien n’est en effet pas une fatalité. La profession s’est mobilisée pour trouver de nouveaux débouchés. Le problème aujourd’hui, c’est que la France est incapable d’honorer de nouveaux contrats, faute d’avoir négocié les certificats sanitaires et les cautionnements nécessaires à l’exportation.

Qu’attendez-vous du Ministre ?
Nous attendons qu’il apporte enfin des réponses tangibles en négociant sans attendre des certificats sanitaires et des cautionnements auprès des pays importateurs. Par ailleurs, la France doit absolument obtenir de l’Europe l’activation des mesures de dégagement de marché tant sur le gras que sur le vif. Il y va de la survie de nombreuses exploitations d’élevage.


La suite dans le Réveil Lozère, page 8, édition du 6 octobre 2016, numéro 1378.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui