Le Réveil Lozère 22 avril 2015 à 08h00 | Par Didier Bouville

Des races locales pleines d’avenir

Le premier carrefour international ovin et caprin (Cioc) réuni mercredi 8 et jeudi 9 avril à Saint-Affrique, a rempli son pari avec la présence de 300 personnes, dont de nombreuses délégations étrangères.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite, Jean-Luc Chauvel (Coram), Fréderic Calas (Upra Lacaune) et François Giacobbi (lycée La Cazotte).
De gauche à droite, Jean-Luc Chauvel (Coram), Fréderic Calas (Upra Lacaune) et François Giacobbi (lycée La Cazotte). - © Didier Bouville

L’objectif visant à susciter une prise de conscience (tant technique que politique ) de l’importance nationale et internationale d’une sélection génétique petits ruminants adaptée aux contraintes territoriales et aux filières locales a été atteint. Pour Jean-Luc Chauvel, président du Coram, le bilan est en positif : « Nous avons parlé de races adaptées à leur milieu avec globalement la même finalité, celle de la performance technique d’un produit final correspondant aux attentes des filières. La génétique est un outil nécessaire grâce à une collecte d’informations efficace. » Si la journée du mercredi fut consacrée principalement aux visites, celle du jeudi 8 était celle des premiers bilans. Frédéric Calas, président de le l’Upra Lacaune a constaté des passerelles entre les élevages : « Des échanges sont possibles entre caprins et ovins. J’ai découvert que le gène de prolificité de la Lacaune était identique à celui de la Barbarine, race ovine de Tunisie. » Pour Geneviève Barat, vice-présidente de Capgènes, « notre production est liée aux dynamiques de territoires. C’est toujours l’éleveur qui doit être placé au centre ». Joël Mazars, au nom de la Fnec, a confié « qu’il y avait encore beaucoup à faire pour la génétique caprine, notamment sur l’aspect pâturage. En l’espace de trois ans, on a réussi à faire un bon amalgame entre caprins et ovins. Nous avons des visions différentes, cela n’empêche pas Capgènes de travailler sur un noyau commun avec les ovins. » Geneviève Barat complète : « En caprins, nous avons deux races dominantes (Alpine et Saanen) que nous n’opposons pas aux races locales. »

La suite dans le Réveil Lozère, page 7, édition du 23 avril 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

La marque Sud de France sera étendue à l’ensemble du territoire de la grande région.

Carole Delga, présidente de la région LRMP, à l’occasion des dix ans de la marque.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui