Le Réveil Lozère 21 mars 2018 à 09h00 | Par ED

Des producteurs résolument tournés vers l’avenir

La 74e assemblée générale de la fédération nationale des producteurs de lait, les 14 et 15 mars à Vannes (Morbihan), a été volontairement tournée vers l’avenir. Le syndicat n’a pas hésité à donner la parole aux grandes entreprises du secteur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Claire Le Clève, Terra

Bel, Laïta, Sodiaal, Lactalis, Leclerc, Carrefour, la liste des intervenants à la 74e assemblée générale de la fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), le 15 mars à Vannes (Morbihan), était surprenante. Thierry Roquefeuil, président du syndicat, a d’ailleurs insisté sur « l’ambition pas évidente » que cela avait représenté d’organiser ces rencontres. « Nous avons eu plus de moments de tension entre nous que d’échanges lors des tables rondes l’an passé », a-t-il observé à la fin de l’assemblée générale. Chacun des intervenants a bien pris la parole, parfois hué par les producteurs, au sujet de « France, terre de lait », le plan de filière établi par l’ensemble des acteurs de cette filière laitière. À travers ce plan, c’est l’avenir des exploitations laitières qui est en jeu, comme aime à le rappeler le syndicat. « Maintenant, il s’agit de le faire vivre, ce plan de filière », a souligné Michel Lacoste, vice-président de la FNPL, lors d’une table ronde.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1452, du 22 mars 2018, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.