Le Réveil Lozère 21 mars 2018 à 09h00 | Par ED

Des producteurs affichent leur étude sur les coûts de production du lait

Plusieurs organisations et syndicats d’éleveurs laitiers ont, ensemble, publié deux études croisées sur les coûts de production dans la filière laitière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Annick Conté

Une étude sur la diversité des coûts de production du lait entre 17 régions françaises a été commandée par plusieurs organisations et syndicats de producteurs (Apli, OPL, EMB, FMB Grand Ouest, FMB Bassin normand) à un bureau d’étude allemand (Büro für Agrarsoziologie und landwirtschaft). Elle montre que les coûts de production moyens sont très diversifiés d’une région à une autre. Ainsi, la région Rhône-Alpes, plutôt en déprise laitière, affiche un coût de production de 592 € pour mille litres alors que la Bretagne s’établit plutôt à 396 € pour mille litres. Cette différence s’explique par le coût des intrants (Rhône-Alpes : 224 € pour mille litres versus Bretagne : 154 € pour mille litres), le rendement laitier (environ mille litres de lait de moins en Rhône-Alpes) et les frais d’exploitation (Rhône-Alpes : 214 € pour mille litres versus Bretagne : 296 € pour mille litres).
En Auvergne, le même type d’écart se retrouve. « Les coûts de stockage pour la saison d’hiver, plus longue, la période de pâturage plus courte, le climat plus continental et des rendements laitiers plus faibles, expliquent ces différences de coûts de production » entre les régions précédentes, constatait Denis Jehannin, vice-président de l’organisation de producteur France Milk Board Grand Ouest, le 1er mars. Les aides de la Pac, tout comme le prix payé par les industriels aux producteurs situés dans ces régions, bien qu’élevés, ne sont pas suffisants pour couvrir ces surcoûts, selon les calculs.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1452, du 22 mars 2018, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« Cet accord UE-Mercosur, qui vise essentiellement à exporter des voitures européennes pour importer plus de viande sud-américaine, doit être stoppé. »

Estime le collectif Stop-Ceta. La FNSEA, les JA et la FNB ont réclamé le 18 septembre l’abandon de l’accord commercial entre l’Union européenne et la zone du Mercosur.