Le Réveil Lozère 20 décembre 2017 à 08h00 | Par CP

Des plans de filières ambitieux pour répondre aux attentes

Tous les secteurs agricoles ont déposé leur plan de filière pour le 15 décembre, soit quelques jours avant la clôture des États généraux de l’alimentation (EGA) le 21 décembre à Bercy. Dans les interprofessions, les mois de novembre et décembre ont été studieux pour présenter au gouvernement des projets en réponse aux attentes sociétales. Tour d’horizon des différentes propositions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les interprofessions des différentes filières agricoles ont réussi un véritable tour de force en rendant leur plan ambition filière à la date prévue. Le travail était important et certains secteurs ont eu des difficultés à se mettre d’accord entre les différents maillons de la filière et répondre au cahier des charges posé par le président de la République. « Les interprofessions ont dû présenter leurs ambitions autour de deux thèmes, rappelle Henri Brichart, vice-président de la FNSEA très impliqué dans les EGA. Leur engagement vis-à-vis des attentes sociétales, autrement dit, la montée en gamme, et le travail pour une meilleure répartition de la valeur, notamment vers les agriculteurs. » Pour le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, la préparation des plans de filière a eu la vertu de « mettre autour de la table des gens qui ne se parlaient plus », évoquant le cas de la filière porcine. L’exercice a effectivement des intérêts, reconnaissent certaines interprofessions.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1439, du 21 décembre 2017, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui