Le Réveil Lozère 18 décembre 2019 à 09h00 | Par Aurélie Pasquelin

Des pistes pour résoudre les conflits

À l’occasion de son assemblée générale, qui se tenait mardi 17 décembre à Mende, la fédération départementale des Cuma a pu se pencher sur la résolution des conflits au sein de ces coopératives.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’assemblée générale de la FDCuma, présidée par Sylvain Chevalier, a réuni plus d’une soixantaine de personnes.
L’assemblée générale de la FDCuma, présidée par Sylvain Chevalier, a réuni plus d’une soixantaine de personnes. - © Aurélie Pasquelin

Trente-sept Cuma, 1 950 exploitations adhérentes, 3,1 millions de chiffre d’affaires total, les Cuma en Lozère se sont développés et représentent aujourd’hui une part importante du monde agricole. Organisme départemental qui anime et accompagne ces coopératives, la FDCuma tenait son assemblée générale mardi dernier dans les locaux de la chambre d’agriculture à Mende. Résultat à l’équilibre, maintien des trois salariés, organisation de journées machinisme*… Tous les feux sont au vert pour la fédération lozérienne.

3,5 ans de retard
Seule ombre au tableau : le retard de paiement des subventions régionales. Déjà évoqué lors des précédentes assemblées générales de la FDCuma, ce problème persiste depuis 2015. « Au premier semestre 2020 on prévoit de payer les subventions 2017. Cela fait 3,5 ans de retard ! » s’indigne Sylvain Chevalier, président de la FDCuma Lozère. La situation n’est pas sans conséquences pour les Cuma lozériennes qui ont dû emprunter et qui ne pourront changer leur matériel rapidement, « la législation nous obligeant à garder le matériel trois ans après le paiement », continue l’agriculteur. Non présente à l’AG, la Région n’a pas pu répondre à l’appel lancé par les Cuma lozériennes.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1539, du 19 décembre 2019, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Au plus tard en 2022, les retraites des chefs d’exploitation à carrière complète atteindront donc 85 % du Smic, soit environ 1 025 euros par mois

Se félicitent les syndicats.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui