Le Réveil Lozère 21 février 2018 à 11h00 | Par LE REVEIL LOZERE

Des palais à l’épreuve du goût

Avec plus de 22 200 produits et vins en compétition, le Concours général agricole (CGA) nécessite, chaque année, une organisation bien huilée pour réunir les échantillons, convoquer les milliers de jurés, dispenser des formations, planifier les séances de dégustations, et attribuer plus de 5 600 médailles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le jury du CGA mobilise chaque année plus de 10 000 jurés et mélange professionnels et consommateurs dits « avertis ».
Le jury du CGA mobilise chaque année plus de 10 000 jurés et mélange professionnels et consommateurs dits « avertis ». - © Apasec

Le Concours général agricole qui se déroule pendant le Salon international de l’agriculture est « Le concours » de référence auquel plus de 22 200 produits sont inscrits. 23 catégories sont jugées : des traditionnelles comme les vins, les fromages, les charcuteries au plus confidentielles comme le safran, le piment d’Espelette ou les rillettes de carpe, et avec cette année, l’entrée des bières dans la compétition. Décrocher une feuille de chêne, quelle que soit la couleur (or, argent ou bronze), fait la fierté de son producteur, apporte de la notoriété au produit, est la promesse de meilleures ventes et d’un chiffre d’affaires en hausse. Si le concours général agricole est déjà bien rodé avec ses 147 éditions derrière lui et que son impartialité est garantie par le contrôle de l’État, sa crédibilité repose en grande partie sur la qualité des appréciations des personnes qui composent le jury.

Suite de l'article à lire dans le dossier Salon de l’agriculture du Réveil Lozère n°1448, du 22 février 2018, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Cette rencontre d’échanges est préparatoire à la réunion de toutes les filières autour du Premier ministre au milieu de mois.

a indiqué Jérôme Agostini, directeur du Cniv (le comité des interprofessions viticoles) alors qu’il était reçu par Stéphane Travert.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui