Le Réveil Lozère 06 septembre 2018 à 10h00 | Par Chambre d'agriculture de Lozère

Des Lozériens à Bruxelles

Une conférence-exposition sur le pastoralisme avait lieu mercredi 29 août à Bruxelles, au Parlement européen. Pour l'occasion plusieurs Lozériens ont fait le déplacement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le loup et l'élevage ne sont pas compatibles : c'est le message qui retentissait à Bruxelles ce mercredi.
Le loup et l'élevage ne sont pas compatibles : c'est le message qui retentissait à Bruxelles ce mercredi. - © DR

Christine Valentin, présidente de la chambre d'agriculture de Lozère et du service commun pastoralisme de la chambre régionale d'agriculture d'Occitanie, Sophie Pantel, présidente du Conseil départemental de Lozère et de l'Entente interdépartementale « Causses & Cévennes » Unesco et Marlène Crueyze, enseignante au Lycée Terre-Nouvelle se sont retrouvées mercredi 29 août à Bruxelles pour une conférence-exposition sur le pastoralisme. Organisée par Éric Andrieu, eurodéputé du Sud-Ouest, la conférence-exposition avait pour objectif de « sensibiliser les parlementaires européens aux réalités du pastoralisme et aborder les problématiques actuelles, à commencer par la question du loup. »

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1474, du 6 septembre 2018, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Cet accord leur apporte une meilleure protection et une meilleure valorisation sur le marché chinois. Il contribue à promouvoir le modèle de développement rural associant terroir, producteurs et consommateurs qu’incarnent les indications géographiques. Il apporte un gage supplémentaire de qualité pour les faire apprécier des consommateurs chinois et réciproquement.

indique Didier Guillaume dans un communiqué du 6 novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui