Le Réveil Lozère 21 février 2018 à 11h00 | Par Nancy Sagnet

Des jeunes juges lozériens au SIA

À l’issue des sélections départementales, de jeunes Lozériens ont été sélectionnés pour participer à la finale nationale du jugement des animaux à Paris. L’occasion de revenir sur l’intérêt de ce concours pour les jeunes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Antoine Pelat a été sélectionné pour le trophée du meilleur pointeur dans la catégorie des ovins.
Antoine Pelat a été sélectionné pour le trophée du meilleur pointeur dans la catégorie des ovins. - © DR

Comme à l’accoutumée, le Concours de jugement des animaux par les jeunes (CJAJ) a lieu à Paris lors du salon international de l’agriculture. C’est au terme de présélections départementales et de la finale nationale, que les trophées sont décernés.

Le principe du concours consiste à juger des jeunes de 15 à 25 ans, soit élèves de l’enseignement agricole ou de jeunes agriculteurs récemment installés, sur leur aptitude au pointage des animaux. Deux épreuves ont lieu. Tout d’abord le trophée du meilleur pointeur (TMP) où les jeunes jugent une des catégories suivantes les ovins, les caprins, puis les équins. La seconde épreuve, le trophée du meilleur pointeur de race (TMPR), est réservé, quant à lui, aux races bovines laitières et allaitantes.

Les candidats jugent les animaux selon une grille de pointage avec des critères précis comme les qualités corporelles, la corpulence, musculature, membres spécifiques, aplombs, allures, aspect général de l’animal.

Suite de l'article à lire dans le dossier Salon de l’agriculture du Réveil Lozère n°1448, du 22 février 2018, en page 12.

- © DR

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui