Le Réveil Lozère 07 novembre 2017 à 08h00 | Par Cyrielle Delisle

Des ingénieurs du sol aux nombreuses facettes

Les vers de terre, également appelés ingénieurs du sol, sont de véritables acteurs et indicateurs de la qualité des sols. Il en existe une diversité importante avec des rôles spécifiques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Morphologie : Un ver de terre est constitué d’un corps mou, segmenté sous forme d’anneaux (classe des annélides). Chaque anneau possède 8 petits poils (soies) qui permettent d’avancer dans le sol (sous-classe des oligochètes). Une bague colorée (clitellum) permet d’identifier les adultes.
Morphologie : Un ver de terre est constitué d’un corps mou, segmenté sous forme d’anneaux (classe des annélides). Chaque anneau possède 8 petits poils (soies) qui permettent d’avancer dans le sol (sous-classe des oligochètes). Une bague colorée (clitellum) permet d’identifier les adultes. - © EcoBio, Univ Rennes 1

Si le sol est à 95 % minéral, il grouille d’innombrables ouvriers miniatures très spécialisés qui recyclent la matière organique et libèrent des éléments chimiques clefs pour les plantes mais aussi pour l’atmosphère. Dans un mètre carré de sol de prairie permanente vivent en moyenne 260 millions d’êtres vivants. C’est l’équivalent du poids de six vaches par hectare.
Les vers de terre dominent la macrofaune du sol (animaux dont la taille dépasse 4 mm) dans la plupart des écosystèmes terrestres. Ils représentent à eux seuls 70 % de la biomasse terrestre et font probablement partie des plus anciens organismes terrestres. Ils existaient déjà bien avant les dinosaures.
Les vers de terre, ou lombriciens, sont à la fois des acteurs et des indicateurs de la qualité des sols. Ils ont donc une influence positive sur l’agriculture et l’élevage. Ils brassent d’importantes quantités de sol, jusqu’à 30 tonnes par hectare de prairie. Ils jouent un rôle important dans la fragmentation et l’incorporation de la matière organique disponible dans le sol ou à sa surface, d’où sa qualification d’ingénieur du sol. Via les réseaux de galerie, les logettes d’estivation, l’ingestion et la déjection de sol, les vers de terre agissent sur les propriétés du sol (capacités de rétention et d’infiltration de l’eau, réduction de l’érosion des sols…) et de sa structure, interviennent sur le recyclage des matières organiques et favorisent les activités biologiques (minéralisation).

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1433, du 9 novembre 2017, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le loup n’est plus une espèce en voie de disparition. Nous faisons du lobbying à Bruxelles avec la Finlande pour le sortir de la liste des espèces en voie de disparition.

a affirmé Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture devant le congrès des Jeunes agriculteurs, le 6 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui