Le Réveil Lozère 26 juillet 2017 à 08h00 | Par NO, ED

Des états généraux pour redonner un élan à l’agriculture française

Tout le monde était au rendez-vous de la journée de lancement des états généraux de l’alimentation, le 20 juillet. Cette journée a permis d’établir un premier diagnostic commun : les agriculteurs font face à des profondes difficultés auxquelles il est urgent de remédier et l’agriculture française dans son ensemble a besoin de retrouver un élan qu’elle a perdu.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« Nous devrons travailler pour construire des compromis solides et acceptés », a déclaré Stéphane Travert, ministre de l’agriculture lors de la journée de lancement des états généraux de l’alimentation.
« Nous devrons travailler pour construire des compromis solides et acceptés », a déclaré Stéphane Travert, ministre de l’agriculture lors de la journée de lancement des états généraux de l’alimentation. - © Actuagri

Les états généraux de l’alimentation ont débuté le 20 juillet, avec une déception : Emmanuel Macron n’est pas venu, étant en déplacement sur la base militaire d’Istres. Édouard Philippe qui a introduit les états généraux, a précisé que le président de la République interviendrait en octobre, au moment des conclusions du premier chantier consacré à la « création et à la répartition de la valeur » et avant le démarrage du second chantier consacré à assurer une alimentation saine, sûre, durable et accessible à tous.
Mais Emmanuel Macron n’était pas le seul qui manquait à l’appel. Pour le jour de l’inauguration des états généraux de l’alimentation, seuls deux bons élèves du gouvernement étaient présents : Nicolas Hulot et Stéphane Travert. Ce qui a inquiété certains des 600 participants. « Est-ce que cela veut dire que ces états généraux de l’alimentation n’ont pas d’intérêt ? », a demandé Audrey Pulvar, présidente de la Fondation de la nature et de l’homme (FNH) fraîchement rebaptisée (ex-fondation Nicolas Hulot). Stéphane Travert a assuré qu’il n’en était rien, mais que les ministres absents avaient d’autres obligations.

Ne pas continuer à se battre en ordre dispersé
Dans son discours introductif, Édouard Philippe a rappelé les « défis » de ces états généraux : retrouver une « répartition équitable de la valeur » mais aussi rétablir la confiance dans les produits agricoles français qui perdent des parts de marché à l’international. « Nous ne manquons pas de structures mais notre efficacité laisse à désirer, a-t-il expliqué. On ne peut pas continuer à se battre en ordre dispersé ». Une confiance à rétablir aussi auprès des consommateurs. « La peur du manque n’existant plus, les peurs sur les produits alimentaires se sont déplacées. Fondées ou non, il faut trouver les mots justes pour les affronter », a-t-il poursuivi. L’autre défi à relever est celui de la transition écologique, sur lequel Nicolas Hulot est revenu. « Ce n’est pas simple de modifier ses pratiques, mais le prix, le crédit et la valeur future des productions en dépendent », a-t-il souligné.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1420, du 27 juillet 2017, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Un renforcement des ambitions environnementales et climatiques de la Pac ainsi que du bien-être des animaux devrait aller de pair avec la mise à disposition de fonds appropriés pour leur mise en œuvre.

écrivent les ministres de l’Agriculture français (Didier Guillaume), allemande (Julia Klöckner) et polonais (Jan Krzysztof Ardanowski), dans une déclaration commune.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui