Le Réveil Lozère 27 février 2018 à 16h00 | Par Nancy Sagnet

Des éleveurs mobilisés contre les accords de l’UE-Mercosur

FDSEA et JA de Lozère et d’Aveyron ont mené une action de communication, mercredi 21 février, sur l’aire de la Lozère. Le but : sensibiliser les consommateurs face aux conséquences du futur accord UE-Mercosur trompant éleveurs et consommateurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Nancy Sagnet

Le bœuf argentin ou brésilien, élevé dans des exploitations très intensives inquiète les éleveurs français. Un accord de libre-échange est en pleine négociation entre l’Union européenne et les quatre pays du Mercosur (le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay). À la clé : 99 000 tonnes de viandes de bœuf sud-américain sans droits de douane importés en Europe. « Cet accord entraînera une baisse des prix et un dérèglement du marché », indique Delphine Catala, agricultrice en Aveyron. À l’appel de la FNSEA, mercredi 21 février, les FDSEA et les JA de Lozère et de l’Aveyron ont organisé une action de sensibilisation des consommateurs sur l’A75, sur l’aire de la Lozère dénonçant la future ratification ente l’UE et le Mercosur. Une trentaine d’agriculteurs proposait aux gens de passage de déguster de la viande label rouge Bœuf fermier Aubrac (BFA).

 

 

Suite de l'article à lire dans Réveil Lozère n°1449, du 1er mars 2018, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui