Le Réveil Lozère 04 avril 2018 à 09h00 | Par Aurélie Pasquelin

Des confitures traditionnelles aux parfums peu classiques

Installés sur le Causse Méjean depuis douze ans, Éric Dupré et Xavier Ory produisent chaque année 8 000 à 10 000 pots de confitures. Une des nombreuses productions de ces cousins pour le moins occupés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La machine semi-automatique d’empotage a permis à Xavier Ory de réduire sa facture de gaz par deux.
La machine semi-automatique d’empotage a permis à Xavier Ory de réduire sa facture de gaz par deux. - © Aurélie Pasquelin

Quand on évoque les confitures, on pense naturellement aux parfums « classiques » : fraise, framboise… En allant à l’Oustal de Caounné, sur le Causse Méjean, les gourmands ne trouveront pourtant pas de tels parfums. Installés depuis douze ans sur la ferme, Éric Dupré et Xavier Ory ont décidé de mettre les goûts locaux à l’honneur. Touristes et locaux peuvent venir y goûter les confitures aux fruits du causse : gratte-cul, sureau ou encore cornouille.
Cette aventure, les deux cousins l’ont commencée il y a maintenant quinze ans. « Nous sommes originaires d’Île-de-France mais notre oncle avait acheté, il y a trente ans, cette ferme à Nivoliers, explique Xavier Ory. Avec Éric, nous avons réfléchi à ce projet quelques années puis nous avons décidé de passer le pas. En 2003, nous avons pris la décision de rejoindre notre oncle sur le causse Méjean et ensemble nous avons réfléchi aux différentes activités possibles. » Les trois hommes montent alors leur projet et créent des chambres d’hôtes, installent des ruches, proposent des balades avec des ânes et construisent un atelier de transformation pour les confitures.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1454, du 5 avril 2018, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Alors que la population agricole décroît, nous avons les moyens de donner envie aux jeunes générations non issues du monde agricole de nous rejoindre pour un nouveau projet de vie en s’installant en agriculture biologique.

a déclaré Guillaume Riou, à l’occasion de sa réélection à la présidence de la fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab).