Le Réveil Lozère 14 mars 2018 à 10h00 | Par Aurélie Pasquelin

Des comptes équilibrés pour la chambre d’agriculture

La chambre d’agriculture de Lozère tenait sa session de printemps, jeudi 8 mars, dans ses locaux de Mende. Résultats financiers, ICHN, paiement des aides Pac, plan loup et reconnaissance des surfaces pastorales étaient à l’ordre du jour.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Chambre d’agriculture

Les membres du bureau de la chambre d’agriculture de Lozère se sont réunis, jeudi 8 mars, pour la session printanière de la structure. En présence de Christine Wills-Morel, préfète du département et de Pierre Morel à l’Huissier, député de Lozère, ils ont pu faire le point sur les dossiers agricoles du moment et sur les résultats des comptes de la chambre consulaire. Sur ce dernier point, le bilan comptable de la chambre d’agriculture est relativement bon. Pour la deuxième année consécutive, elle enregistre un résultat équilibré avec un petit excédent de 6 000 euros. « Un tel résultat est encourageant, estime Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture. Il permettra le développement de la structure et montre que le travail que nous avons fait porte ses fruits. »

Suite de l'article à lire dans Réveil Lozère n°1451, du 15 mars 2018, en page 3.

- © Aurélie Pasquelin

Les jeunes Lozériens au Salon de l’agriculture

Suite à sa session de printemps, la chambre d’agriculture organisait jeudi 8 mars après-midi, une réception en l’honneur et avec les Lozériens qui ont participé au Salon de l’agriculture. « C’était vraiment un Salon formidable, confie Christine Valentin. Avec la race Aubrac à l’honneur, la Lozère a pu faire connaître ses atouts et ses spécificités. » Le Salon, un bon moyen de faire connaître le territoire mais aussi les personnes et les jeunes qui y vivent. Ainsi, entre les établissements publics et privés, les jeunes Lozériens étaient présents au Salon de l’agriculture et en cette après-midi du 8 mars. « Je faisais la traite sur le Salon, raconte Tanguy, étudiant en lycée public. Cela m’a permis d’échanger avec d’autres mais aussi de visiter le SIA. C’était vraiment une bonne expérience. » Un sentiment que partage aussi Bastien Nemeth, étudiant à Terre nouvelle, arrivé en première place au concours de jeunes pointeurs Aubrac : « Je suis très content d’avoir été au Salon de l’agriculture et plus encore d’avoir gagné ce prix. Je dois avouer que c’était inattendu, jusqu’à l’annonce des résultats. » Un prix qui conforte aussi le jeune homme dans son choix de la race Aubrac puisqu’il aimerait s’installer « dans quelques années ». « Avant j’aimerais passer un BTS et travailler un peu à l’extérieur, continue-t-il. C’est un bon moyen de gagner de l’expérience et d’être plus sûr après au sein de son exploitation. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.