Le Réveil Lozère 30 mai 2017 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

Des clés pour réduire, récupérer, produire

L’Idele a édité en 2016 un guide qui conceptualise la ferme d’élevage à énergie positive. Economie, production, potentiel, investissement…Si le champ d’investigation est large, certaines préconisations demeurent à la portée de chacun.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le document comprend trois exemples d’exploitation d’élevage (bovin lait, bovin viande et ovin allaitant) illustrant la notion de ferme à énergie positive.
Le document comprend trois exemples d’exploitation d’élevage (bovin lait, bovin viande et ovin allaitant) illustrant la notion de ferme à énergie positive. - © Idele

On connaissait la maison passive en développement depuis quelques années. En agriculture, les initiatives se multiplient également pour tendre vers l’optimisation énergétique. L’an dernier, l’Idele en partenariat avec la Confédération nationale de l’élevage (CNE) a compilé les références en faveur de la ferme d’élevage à énergie positive, à travers un ouvrage dédié*. L’institut a d’ailleurs profité du dernier Sommet de l’élevage pour communiquer sur cette thématique, qui intéresse de plus en plus d’éleveurs. De quels leviers de progression les éleveurs disposent-ils pour réduire leur consommation d’énergie ? Quel potentiel d’autonomie la production d’énergie à la ferme permet-elle d’atteindre pour les élevages bovins et ovins ? Quels sont les avantages et limites des différentes techniques de production d’énergie ? Autant de questions sur lesquelles s’est penchée l’Idele. Une exploitation d’élevage à énergie positive peut être définie comme étant une ferme qui produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Le chemin vers l’autonomie énergétique comporte trois étapes (réduire, récupérer, produire).

 

 

Suite de l'article et du dossier à lire dans le Réveil Lozère n°1412, du 1er juin 2017, en pages 10 et 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui