Le Réveil Lozère 12 décembre 2017 à 08h00 | Par Jean-Charles COMMANDRÉ

Des bâtiments d’élevage confortable toute l’année

Offrir aux animaux un espace de vie « confortable » c’est leur permettre d’exprimer au mieux leur potentiel de production.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La visualisation des circuits d’air au moyen de fumigènes permet d’apprécier le fonctionnement de la ventilation.
La visualisation des circuits d’air au moyen de fumigènes permet d’apprécier le fonctionnement de la ventilation. - © Chambre d’agriculture Lozère

Le bâtiment n’est pas la cause de tous les maux, mais un « mauvais » bâtiment peut être la source et le déclenchement de problèmes sanitaires sur le troupeau. Le bâtiment d’élevage influe à la fois sur la fréquence des maladies, leurs gravités et l’efficacité des traitements.
Les mauvaises conditions d’ambiance d’un bâtiment d’élevage favorisent l’apparition de certaines maladies. Nous pouvons citer les maladies néonatales, les maladies respiratoires et les problèmes de qualité du lait (taux cellulaires et mammites).
Une bonne ambiance dans un bâtiment d’élevage est le résultat de plusieurs critères comme des surfaces d’aire de vie des animaux suffisantes, de la lumière naturelle et artificielle et une ventilation efficace.
La ventilation est un des points essentiels de la gestion de l’ambiance. Elle permet d’évacuer l’humidité (un bovin adulte, c’est 25 litres d’eau par jour sous forme de vapeur d’eau), les gaz toxiques (ammoniac…) et de renouveler l’oxygène du bâtiment tout en régulant la température.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1438, du 14 décembre 2017, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.