Le Réveil Lozère 23 janvier 2019 à 09h00 | Par Aurélie Pasquelin

Derniers vœux en tant que sous-préfet de Florac pour François Bourneau

Récemment nommé directeur de cabinet de la préfète du Cher, François Bourneau a quitté ses fonctions de sous-préfet de Florac. Mercredi 16 janvier, il a présenté ses derniers vœux aux habitants de la sous-préfecture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avant son départ, François Bourneau s’est vu remettre un diplôme d’ambassadeur honorifique des causses et Cévennes.
Avant son départ, François Bourneau s’est vu remettre un diplôme d’ambassadeur honorifique des causses et Cévennes. - © Aurélie Pasquelin

Entré dans ses fonctions le 5 septembre 2016, François Bourneau sera resté 26 mois à la tête de la sous-préfecture floracoise. Suite à un décret paru au Journal officiel du 6 janvier dernier, le sous-préfet de Florac a en effet été nommé en tant que directeur de cabinet de la préfète du Cher, à Bourges. François Bourneau a donc quitté ses fonctions lozériennes vendredi dernier. Avant cela, il avait organisé, mercredi 16 janvier une réception à la préfecture de Florac.

Un « engagement total »
Moment pendant lequel, Christian Huguet, maire de Florac et Christine Wils-Morel, préfète de Lozère, ont salué son « travail » et son « dynamisme ». Cette dernière a tenu à souligner la « loyauté », « l’engagement total du sous-préfet Bourneau », « sa capacité à fédérer une équipe », « à nouer du lien avec ses interlocuteurs » ainsi que son travail « sur les nombreux évènements qu’il a traités pendant ces 26 mois ». Elle a ainsi rappelé les dossiers les plus prenants dans l’arrondissement de Florac : les travaux de la RN 106, la lutte contre l’habitat indigne, le développement des PETR (pôles d’équilibre territorial et rural), la lutte contre le moustique tigre, la chenille processionnaire, l’étendue du réseau mobile et fixe… Toute une série de dossiers que le sous-préfet a, lui aussi, abordée lors de sa prise de parole, autrement dit de ses derniers vœux en tant que sous-préfet de Florac.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1494, du 24 janvier, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui