Le Réveil Lozère 10 mai 2017 à 08h00 | Par BB

Démographie et revenus : l’agriculture décline, selon les chiffres de la MSA

Recul démographique, dégradation des revenus et hausse du taux de la pluriactivité : tels sont les « faits saillants » qui émergent des statistiques 2016 de la caisse centrale de MSA au sujet « des chefs d’exploitation ou d’entreprise agricole ». La palme du secteur le plus dégradé revient à la production laitière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © S. Leitenberger

Quelque 461 800 chefs d’exploitation ou d’entreprise agricole cotisaient à la MSA en 2016. C’est 1,2 % de moins qu’en 2015, indique la caisse centrale de MSA (CCMSA) le 4 mai. Ce recul, explique la MSA, « résulte uniquement d’une diminution du nombre d’exploitants agricoles, la population des chefs d’entreprise agricole (entreprises de travaux agricoles, paysagistes, centres équestres, etc.) » progressant quant à elle de 1,3 %. « Les filières de l’agriculture traditionnelles », selon les termes de la CCMSA, souffrent particulièrement du recul démographique. Le nombre des chefs d’exploitation a baissé de 3,3 % dans le secteur laitier, de 1,8 % dans les cultures spécialisées, de 1,5 % dans « les cultures céréalières et industrielles » et de 1,2 % dans la polyculture-élevage. Les filières « viande et élevage hors sol » et « viticulture » s’en tirent un peu mieux, avec des chiffres plus stables (-0,6 % et -0,2 %).

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1409, du 11 mai 2017, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui