Le Réveil Lozère 29 décembre 2015 à 08h00 | Par Préfecture de la Lozère

Dégâts de sangliers : mise en place d'un plan de régulation renforcé

Face au constat d’une forte recrudescence des dégâts causés aux cultures et aux prairies par les sangliers, la profession agricole, soutenue par les élus, a demandé la mise en place d’un plan de régulation renforcé de cette espèce.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Sandra Hartmann

Les dégradations affectent essentiellement les secteurs du mont Lozère, des Cévennes, de l’Aigoual et du Méjean ainsi que les communes de Prévenchères, La Bastide-Puy-Laurent, Pied-de-Borne et de Saint-André-Capcèze. La commission départementale de la chasse et de la faune sauvage saisie du sujet par le préfet Malherbe a adopté le principe d’une augmentation de la pression de chasse. Ces mesures concernent :

- la prolongation de la chasse du sanglier en battue jusqu’au 29 février 2016 (4 jours par semaine y compris par temps de neige) pour les pays cynégétiques Mont-Lozère, Cévennes, Aigoual, Méjean ainsi que pour les communes de La Bastide-Puy-Laurent, Prévenchères, Pied-de-Borne et Saint-André-Capcèze ;

- une extension du tir d’affût d’été au sanglier aux communes de Hures-la-Parade, Mas-Saint-Chély, Vébron, Le Pont-de-Montvert, Fraissinet-de-Lozère, Villefort, Les Rousses, Meyruiès, Gatuzières, Fraissinet-de-Fourques...

Cette possibilité de tir d’été est soumise à autorisation préfectorale. Elle est individuelle. Sur leur demande, elle est délivrée aux exploitants agricoles ayant subi des dégâts avec la possibilité (pour les non chasseurs) de déléguer les interventions à un ou deux tireurs de leur choix. Ces dispositions viennent renforcer un dispositif déjà très important puisque le tir d’été est autorisé, depuis plusieurs années, sur les communes limitrophes à l’Ardèche et depuis trois ans sur plusieurs communes du causse de Sauveterre. Elles s’ajoutent aux mesures plus classiques de prévention et d’intervention : les battues administratives ; l’autorisation de chasse par temps de neige ; l’agrainage dissuasif pour la protection des cultures ; la protection des cultures par installation de clôtures financées par la fédération des chasseurs et par le parc national des Cévennes ; l’indemnisation des dégâts causés aux cultures et aux prairies ; l’interdiction des lâchers dans les milieux naturels. La fédération des chasseurs s’est engagée à faire en sorte que les chasseurs produisent l’effort nécessaire, en particulier dans les zones les plus sensibles aux dégâts comme en témoigne la forte augmentation des prélèvements ces dernières années (7 500 en 2014-2015 contre 6 500 en 2013-2014), tendance confirmée par les chiffres déjà enregistrés sur la saison en cours. Pour toutes informations complémentaires, vous pouvez contacter la DDT de la Lozère au 04 66 49 45 88

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Le jour où la morale est trop éloignée de la politique, la politique ne vaut plus rien.

Edgard Pisani (1918-2016), ministre de l’Agriculture de Charles de Gaulle pendant quatre ans, a joué un grand rôle la politique agricole de la CEE.

Culture
Spectacles de rue » 48e de Rue, dixième édition
Cirque » Le grand cirque sur l’eau
Exposition » Trait pour traits
Exposition » Causses et Cévennes
Concerts » Détours du monde
Patrimoine » En chemin j’ai rencontré

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui