Le Réveil Lozère 29 novembre 2016 à 08h00 | Par Le Réveil Lozère

Déclaration obligatoire des ruches à réaliser avant le 31 décembre

La déclaration obligatoire des ruches représente un enjeu pour la politique sanitaire apicole. Elle détermine aussi la répartition de l’enveloppe dédiée à l’apiculture dans le cadre du programme apicole européen, au prorata du nombre de colonies déclarées par les États membres.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En Lozère, à la date du 31 octobre, 116 déclarations de ruches avaient été effectuées.
En Lozère, à la date du 31 octobre, 116 déclarations de ruches avaient été effectuées. - © Christian Gloria

Tout apiculteur, professionnel ou de loisir, est tenu de déclarer chaque année entre le 1er septembre et le 31 décembre les colonies d’abeilles dont il est propriétaire ou détenteur. La déclaration de ruches représente un enjeu pour la politique sanitaire en faveur de l’apiculture. Le nombre total de colonies d’abeilles déclarées en France est transmis à la Commission européenne à l’issue de la campagne de déclaration. L’enveloppe européenne dédiée à l’apiculture dans le cadre du programme apicole européen est partagée entre chacun des États membres au prorata du nombre de colonies déclarées (environ 3,5 millions d’euros pour la France). Déclaration à faire sur mesdemarches.agriculture.gouv.fr (lien direct : https://lc.cx/oy6b).

La suite dans le Réveil Lozère, page 5, édition du 1er décembre 2016, numéro 1386.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui