Le Réveil Lozère 30 avril 2019 à 11h00 | Par Nancy Sagnet

De nouvelles perspectives pour le service de remplacement Lozère

 Le service de remplacement de Lozère tenait son assemblée générale annuelle, jeudi 25 avril à Mende. Renouvellement de bureau, bilan d’activité et perspectives d’évolutions étaient à l’ordre du jour.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Nancy Sagnet

Crée en 1972, le service de replacement de Lozère, tenait son assemblée générale annuelle, jeudi 25 avril à Mende. Un évènement qui a permis de renouveler les membres du bureau. Les élections à la chambre d’agriculture de février 2019 ayant engendré des évolutions, les postes de secrétaire et secrétaire adjoint ont changé de main. Désormais, Vincent Bonnet et Frédéric Valette sont nommés respectivement secrétaire et secrétaire adjoint.
Sur l’année 2018, le service de remplacement compte 476 adhérents. « Un chiffre stable d’une année sur l’autre », indique Julien Lapierre, président du service de remplacement.
Cependant, entre 2016 et 2017, la structure a enregistré 87 nouveaux adhérents, alors que 84 n’ont pas renouvelé leur adhésion. « De nombreux agriculteurs adhèrent pour un besoin, ce qui explique le taux de fidélité faible », indique Maryline Delaspre, animatrice au service de remplacement de Lozère.


3 101 journées de remplacement
L’activité de la structure est en baisse depuis 2015. « En moyenne, nous réalisons 3 101 journées de remplacement par an et nous enregistrons une moyenne mensuelle de 250 journées. De plus, en moyenne, sur un coût de 21,50 € l’heure de travail, il reste à charge à l’agriculteur 6,55 €/h », indique Anne Maurin, animatrice au service de remplacement.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1508, du 2 mai 2019, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui