Le Réveil Lozère 07 novembre 2018 à 10h00 | Par Cyrielle Delisle

De nouveaux repères techniques et économiques

En 2017, la filière veau de boucherie a intégré le dispositif national Inosys réseaux d’élevage. Zoom sur les premiers résultats.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La filière veau de boucherie a intégré le réseau national veaux de boucherie Inosys afin de produire et suivre des modèles de production et diffuser des repères pour le conseil et le pilotage de la filière.
La filière veau de boucherie a intégré le réseau national veaux de boucherie Inosys afin de produire et suivre des modèles de production et diffuser des repères pour le conseil et le pilotage de la filière. - © Institut de l’élevage

Afin de décrire les performances technico-économiques des ateliers et des exploitations, de produire et suivre des modèles de production et de diffuser des repères pour le conseil et le pilotage de la filière, l’interprofession a souhaité intégrer le dispositif national Inosys réseaux d’élevage en 2017. Le Space à Rennes a été l’occasion de présenter les premiers résultats issus de ce dispositif. Pour sa première année de fonctionnement, il compile les données de 86 élevages, pour un échantillon représentant 33 000 places, soit 5 % de la production nationale. « À terme, cet outil prévoit de suivre 120 élevages français, répartis dans les régions Bretagne, Pays-de-la-Loire, Auvergne-Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie. À l’avenir, un double niveau de suivi va être mis en place sur une quarantaine d’exploitations, afin d’évaluer leurs résultats sur un niveau global (résultats économiques de l’exploitation, coûts de production) », souligne Camille Servans de la chambre d’agriculture de Bretagne.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1483, du 8 novembre 2018, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui