Le Réveil Lozère 19 décembre 2018 à 11h00 | Par Aurélie Pasquelin

De nombreux projets pour le monde apicole

Le syndicat apicole de la Lozère organisait jeudi dernier le concours des miels du département qui a mis toute la filière à l’honneur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les vainqueurs du concours de miels de Lozère.
Les vainqueurs du concours de miels de Lozère. - © Aurélie Pasquelin

Miels de causse, miels de sapin, miels de forêt, miels de bruyère callune… la production apicole lozérienne est diverse et variée. Avec 78 échantillons pour 32 apiculteurs, le travail des membres du jury du concours de miels de Lozère qui se tenait jeudi dernier dans les locaux de la chambre d’agriculture de Mende n’a pas été aisé.
« On juge les miels sur quatre éléments : l’aspect visuel, l’odeur, le goût et la texture », explique Philippe Clément, président du GDSA et membre du jury. Quatre éléments destinés à aider le travail du jury placé sous la présidence de Christine Larguier, proviseure du lycée Peytavin de Mende. « Même si les miels de Lozère sont déjà connu et reconnus, participer à ce genre de concours nous permet de renforcer notre partenariat avec les producteurs locaux, a-t-elle indiqué. Cela nous permettra aussi de faire découvrir ces produits aux étudiants et notamment ceux en hôtellerie-restauration. »

 

 

Retrouvez la suite de l'article et le palmarès du concours dans le Réveil Lozère n°1489, du 20 décembre, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui