Le Réveil Lozère 29 octobre 2014 à 08h00 | Par Inra

De la relation entre un éleveur et son animal

Les agneaux aiment les caresses que leur procurent les éleveurs : c’est ce que montrent les travaux d’une équipe de l’Inra. Le contact tactile les apaise et contribue à construire une relation homme-animal plus harmonieuse. Le bien-être des animaux a un impact économique important dans un élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © J.Diependaele

Qu’un éleveur caresse ses agneaux, veaux ou chevreaux, est-ce un plaisir pour ces animaux ou est-ce que cela leur est indifférent voire gênant ? Plus généralement, des animaux de ferme peuvent-ils établir une relation émotionnelle positive avec un être humain ? Ces questions nous plongent au cœur du métier d’éleveur et soulèvent des enjeux importants tels que la santé des animaux, la productivité et même la sécurité des élevages. Un programme de recherche porté par des chercheurs de l’Inra a tenté de savoir comment les contacts avec l’homme étaient perçus par le jeune animal.  À l’heure de l’automatisation des élevages, on pourrait croire qu’établir un lien affectif avec les animaux de ferme est chose surannée. Ce n’est pas l’avis de Xavier Boivin, chercheur à l’Inra : « Je pense que le cœur du métier d’éleveur est la relation à l’animal. »

La suite dans le Réveil Lozère, page 10, édition du 30 octobre 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui