Le Réveil Lozère 03 octobre 2017 à 08h00 | Par Copage

De l’importance des zones tampons

En aval des parcelles agricoles, la présence de bactéries (déjections animales), de matières en suspension (particules fines) peut parfois être observée sur les cours d’eau.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Copage

Le ruissellement des eaux de pluie en surface entraîne les éléments nutritifs présents à la surface du sol (parcelles agricoles, tas de fumier…) vers les cours d’eau. L’érosion des sols et des berges apparaît souvent suite à des épisodes pluvieux importants. Elle implique à la fois des départs de terre depuis les parcelles agricoles, le départ de sable depuis les chemins, la création de ravines sur les axes de ruissellements concentrés, voire le colmatage des cours d’eau ou des rases situées à l’aval. Ces deux phénomènes représentent à la fois un problème pour le milieu aquatique (pollution et turbidité des cours d’eau) et pour l’agriculture (pertes de surfaces agricoles, pertes de fertilité des sols, difficulté de mécanisation). En complément de pratiques agronomiques préventives, les zones tampons peuvent limiter les risques.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1428, du 5 octobre 2017, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui