Le Réveil Lozère 24 octobre 2018 à 10h00 | Par Eva DZ

De l’herbe et la vache jusqu’à l’assiette

La bonne valorisation du fromage AOP Laguiole compense la baisse de ses ventes, il n’empêche, les producteurs ne veulent pas s’endormir sur leurs lauriers ! Une réflexion est en cours pour dynamiser la consommation du fromage de Laguiole comme l’a expliqué François Maynier, président de l’ODG Laguiole, en assemblée générale, jeudi 20 septembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Eva DZ

En 2017, 75 exploitations sont habilitées pour produire du fromage de Laguiole AOP, aux côtés de six producteurs fermiers et de la coopérative Jeune Montagne qui le transforment. Sur l’année, 15,6 millions de litres de lait ont été collectés en AOP et 621 tonnes de fromages ont été commercialisées dont 16 tonnes en fermier, un débouché en forte évolution avec l’arrivée de deux nouveaux producteurs. « Ces dernières années, la filière Laguiole a perdu des volumes commercialisés, une baisse heureusement compensée par l’augmentation des prix du Laguiole à l’inverse du contexte du marché », constate François Maynier, président du syndicat de défense et de promotion du fromage de Laguiole AOP.
Pour relancer les ventes, la filière se penche sur les nouvelles méthodes de consommation : apéritifs, snacking, nouveaux conditionnements et modes de présentation… « Au niveau marketing comme au niveau de la promotion, nous devons intensifier nos efforts et c’est le rôle de notre syndicat d’appellation », avance François Maynier, comptant sur l’implication de tous les producteurs de la filière et de la coopérative Jeune Montagne.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1481, du 25 octobre 2018, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui