Le Réveil Lozère 14 mars 2018 à 09h00 | Par Sophie Chatenet

De l’éleveur au chercheur, un consortium de recherche est sur les rails

À l’initiative de l’association régionale des industries agroalimentaires (Aria), de la chambre régionale d’agriculture Auvergne-Rhône-Alpes et de l’Inra, CReA-viande a été présenté, mardi dernier, dans le Puy-de-Dôme.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Valoriser la viande produite en Auvergne-Rhône-Alpes est l’un des enjeux du consortium.
Valoriser la viande produite en Auvergne-Rhône-Alpes est l’un des enjeux du consortium. - © Sophie Chatenet

Ce consortium s’inscrit dans la continuité de l’action collaborative « filière bovins engraissement Auvergne », lancée il y a quatre ans, à l’échelle auvergnate. Il regroupe une diversité de partenaires de l’amont et de l’aval de la filière, des acteurs de la recherche et du développement ainsi que de l’enseignement supérieur. Pour Patrick Escure, président du comité élevage (Corel) de la chambre régionale d’agriculture Aura, l’intérêt du consortium est de « réunir autour d’une même table des chercheurs, des industriels, des éleveurs ». Et de rappeler qu’au cours de l’année 2017, « un gros travail a été engagé pour que les comités de filières collaborent mieux avec la recherche et l’enseignement supérieur ».

Suite de l'article à lire dans Réveil Lozère n°1451, du 15 mars 2018, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui