Le Réveil Lozère 09 avril 2014 à 00h00 | Par Sophie Giraud Chatenet

Pac - Le Commissaire européen en terres conquises

Aux côtés des responsables professionnels du Massif central, du Cantal et de la Corrèze, le commissaire européen à l'agriculture a visité, vendredi, deux exploitations. Un moment d'échanges en toute simplicité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

À son arrivée, point de cortège de voitures, ni d'escorte officielle. Arrivée à l'aéroport d'Aulnat, le commissaire européen à l'agriculture a pris place dans la voiture de tout un chacun pour se laisser entraîner sur les routes escarpées du Massif central. Direction le Cantal, et la petite commune de Bassignac. Le paysage vallonné, plus accidenté à des endroits qu'à d'autres, et puis ces successions de prairies dont certaines portent encore les stigmates des attaques de campagnols terrestres, les images suffissent parfois au long discours.

D'emblée, Dacian Ciolos écoute, prend le temps de saluer les hommes et les femmes réjouis de sa présence, et répond aux nombreuses questions dans un français qu'il maîtrise à la perfection. L'exploitation cantalienne de Karine Chabaud et Frédéric Faure, tournée vers la production de viande bovine et de lait, puis celle de Jean-Louis et Sylvain Escourolle à Saint-Victour en Corrèze, spécialisée en viande bovine et ovine, deviennent très vite le support de questionnements plus larges sur l'installation, la suppression des quotas, le besoin de modernisation, la valorisation des produits, la politique en faveur de l'export, la reconnaissance des actifs... et bien sûr la réforme de la Pac.

À lire dans le Réveil Lozère n°1254 du 10 avril 2014, en page 3.

- © Pamac

La Lozère représentée

Présente lors de cette visite du commissaire européen Dacian Ciolos, la chambre d'agriculture de la Lozère souhaite réagir à ses propos. Son représentant, Olivier Boulat, témoigne : « Nous ne pouvons que saluer le combat pour lequel le commissaire européen s'est engagé, afin de proposer aux états-membres différents outils de soutien à l'agriculture. Même si les mesures qui ont été prises au niveau français sont plus ou moins bien reçues dans nos campagnes, la Pac est pour ainsi dire déjà ancrée dans le marbre. Nous devons maintenant nous pencher sur des travaux tout aussi importants. Dans ce sens, les pistes d'évolution laissées par le commissaire sont tout-à-fait cohérentes. Les aides de la Pac ne doivent pas constituer notre principal revenu. Nous avons aussi des responsabilités quant à la valorisation de nos produits par exemple. Tâchons de faire valoir la qualité de notre travail, organisons-nous, soyons force de proposition et préparons-nous déjà à la Pac de 2020 ».

Chambre d'agriculture de la Lozère

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Le prix du lait ne se traite pas dans les médias.

Michel Nalet, porte-parole du groupe Lactalis.

Culture
Photographie » Beauté et diversité des patrimoines
Photographie » Le skite Sainte-Foy
Exposition » Marius Balmelle aux archives départementales
Exposition » Exposition de Gérard Matharan
Exposition » Causses et Cévennes
Patrimoine » En chemin j’ai rencontré

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui