Le Réveil Lozère 07 juin 2017 à 08h00 | Par Cyrielle Delisle

Coûts de production et place du pâturage chez nos compétiteurs

Une étude s’est penchée sur les systèmes étrangers de manière à en tirer des enseignements pour les exploitations bovines laitières françaises.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR

En 15 ans, les échanges mondiaux de lait ont été multipliés par 2,6. La Nouvelle-Zélande, l’Union européenne et les États-Unis contribuent fortement à ce marché avec plus de 70 % des échanges mondiaux de lait en 2015. En Nouvelle-Zélande, les volumes exportés ont doublé en 10 ans. En Union européenne, les trajectoires sont variées selon les pays. « Certains ont une stratégie très offensive comme l’Irlande, les Pays-Bas, le Danemark, la Pologne avec une croissance très rapide des volumes exportés alors qu’en ce qui concerne la France, les évolutions de volumes sont nettement plus modestes. La question de la compétitivité de la France est ainsi au cœur des débats. On définit ici la compétitivité comme étant la capacité à conquérir/conserver des parts de marché que ce soit sous l’angle de la compétitivité ‘prix’(réduction des coûts) ou de la compétitivité ‘hors prix’(augmentation de la valeur) », notent les auteurs de l’étude.
Les exportations françaises se caractérisent par une forte proportion de fromages qui représentent 31 % des volumes de lait et 43 % de la valeur des exports.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1413, du 9 juin 2017, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui