Le Réveil Lozère 07 mai 2019 à 09h00 | Par Aurélie Pasquelin

Cours d’eau, entretien et travaux

Finie il y a quelques semaines, la cartographie des cours d’eau de Lozère permet à tous de pouvoir savoir quel écoulement est considéré ou non comme un cours d’eau.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Yvan Guilhot

Officiellement validée le 1er avril dernier, la cartographie des cours d’eau de la Lozère a permis de classifier les différents écoulements du département. Pour établir cette carte, les pouvoirs publics ont défini trois critères d’un cours d’eau : présence et permanence d’un lit naturel à l’origine, débit suffisant une partie de l’année et alimentation par une source ponctuelle ou diffuse. Ainsi, les fossés, les rases, les rigoles, les béals, les ravins, les ravines et les talwegs ne sont pas considérés comme des cours d’eau. Pour les autres, la réglementation prévoit une série de travaux soumis ou non-soumis à autorisation ou déclaration.

Entretien régulier…
Non-soumis à procédure préalable, l’entretien régulier des cours d’eau est obligatoire pour les propriétaires, exploitants usagers ou personne publique habilitée. « Les travaux réalisés dans le cadre de l’entretien régulier du cours d’eau sont principalement faits pour rétablir la libre circulation de l’écoulement en surface. Il ne faut donc pas les négliger », explique Anne Colin, animatrice du Copage et corédactrice d’une fiche pédagogique sur le sujet. On compte quatre types de travaux d’entretien régulier : l’entretien de la ripisylve, la suppression des embâcles, l’enlèvement ou la scarification des atterrissements localisés et le faucardage de la végétation aquatique. Ces travaux, réalisés entre le 15 avril et le 15 octobre pour le lit mouillé et entre le 1er août et le 31 mars pour la ripisylve doivent être réalisés à partir de la berge.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1509, du 9 mai 2019, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui