Le Réveil Lozère 16 octobre 2019 à 09h00 | Par Regis Gaillard

Coup de chapeau à une créatrice

Après un long sommeil, le chapeau redevient un objet prisé, retrouvant même sa place au cœur des défilés de mode. Un élément de l’élégance féminine personnifié par Lydie Philippon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Poupée de cendres

Le melon de Charlot et John Steed, le panama de Churchill, le sombrero cordobé de Zorro, le gambler de Clint Eastwood dans les western-spaghetti ou encore les couvre-chefs plus invraisemblables les uns que les autres d’Élisabeth 2… Voici piochés ici ou là quelques exemples de chapeaux qui peuplent nos souvenirs. Cet ornement esthétique porté différemment selon les critères d’une culture et d’une mode, a connu, au cours des siècles, de nombreuses variations et de profonds changements dans le style et l’usage.

Du pratique à l’esthétique
Il faut savoir qu’étymologiquement, le mot médiéval « chapel » trouve son origine dans le mot latin « caput »(la tête). Le dictionnaire encyclopédique de l’histoire de France définit le « chapel » comme « un capuchon qui accompagnait la charpe et servait à couvrir la tête ». Comme le vêtement, le chapeau semble avoir eu un double rôle, de protection (contre le froid, le soleil, la pluie, les embruns, voire certains combats) et d’affirmation d’un statut social, d’une appartenance ethnique ou clanique… pour finalement devenir un accessoire de mode à part entière. Jusqu’aux années soixante, les chapeaux étaient très populaires, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. À tel point qu’il était inconcevable qu’un homme sorte en public sans chapeau. Même les ouvriers travaillant à l’extérieur portaient des casquettes. Mais à la fin des années 50 et au début des années 60, les chapeaux sont devenus rapidement facultatifs, surtout parmi les hommes jeunes. Puis carrément désuets.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1530, du 17 octobre 2019, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui