Le Réveil Lozère 25 janvier 2018 à 01h00 | Par Marie-Pascale Vincent

Coopérative de Moissac : un prix du lait attractif favorise les installations

La coopérative de Moissac, leader sur le marché du Pélardon, retrouve également une place de leader national en matière de prix du lait versé aux éleveurs caprins. Une dynamique qu’elle met au service de l’installation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © M-P Vincent

« Pour renforcer le nombre de coopérateurs et atteindre nos objectifs de production, un prévisionnel de 760 000 litres de lait transformé soit une hausse de 10 %, deux installations sont prévues en 2018 », détaille Frédéric Monod, directeur de la fromagerie des Cévennes à Moissac-Vallée-Française. Sur cette commune, Manon Van Moorleghem a repris l’exploitation des Issarte au 1er janvier. Et Julien et Sébastien Rosier sont en cours d’installation au Pompidou sur une exploitation ovin viande qui passe en caprin lait. Le jeune couple, parents de deux enfants, devrait commencer à livrer du lait en septembre prochain.
Pour favoriser les installations, la fromagerie de Moissac accompagne les éleveurs qui veulent céder leur exploitation. Elle se charge de contacter les organismes de transmission comme le dispositif Relance et travaille main dans la main avec la chambre d’agriculture. Et elle mise aussi sur un prix du lait attractif.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1444, du 25 janvier 2018, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.