Le Réveil Lozère 13 juin 2017 à 08h00 | Par Cyril Bonnel

Coop de France veut faire plus pour développer le bio

La fédération des coopératives a dévoilé une déclaration d’engagement en faveur des filières bio françaises. Les coopérateurs veulent faire plus pour développer des produits biologiques exigeants et issus des terroirs français.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © jc gutner

À l’heure où les interrogations des professionnels de la filière biologique sont nombreuses (versement des aides, refonte du règlement européen, forte demande des consommateurs), Coop de France a décidé de prendre position sur ce sujet. Le 2 juin, la fédération des entreprises coopératives agricoles a dévoilé à Lyon une déclaration nationale d’engagement en faveur des filières bio françaises. Les coopératives françaises se sentent légitimes sur ce sujet : les productions biologiques représentent environ cinq à six milliards d’euros sur les 85,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires de coopération agricole hexagonale. Par exemple, 78 % de la collecte de céréales bio et 55 % des volailles de chair bio proviennent des coopératives, rappelle l’organisation.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1414, du 15 juin 2017, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Ce début octobre, le pastoralisme vit un grand moment à Ax-les-Thermes, en Ariège. La reconnaissance demandée des surfaces pastorales dans toutes les politiques publiques est un enjeu primordial pour ces territoires

A expliqué Christine Valentin, présidente de l’association des chambres d’agriculture du massif central (Sidam).