Le Réveil Lozère 12 décembre 2017 à 08h00 | Par Marie-Laure Chabalier

Contre « la grande braderie » de l’élevage bovin

La traditionnelle tournée régionale de la fédération nationale bovine s’est arrêtée cette année à Lanta (31). La vingtaine d’administrateurs venue de toute l’Occitanie a débattu autour des sujets d’actualité, en particulier les traités de commerce internationaux Ceta et Mercosur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Parmi les participants à la réunion régionale de la FNB, Patrick Davezac (FDSEA 31), Olivier Boulat (président régional FNB), Bruno Dufayet (président national) et Serge Bouscatel.
Parmi les participants à la réunion régionale de la FNB, Patrick Davezac (FDSEA 31), Olivier Boulat (président régional FNB), Bruno Dufayet (président national) et Serge Bouscatel. - © Marie-Laure Chabalier

À la veille d’étapes importantes dans les négociations sur les accords de libre-échange, les responsables nationaux de la fédération nationale bovine (FNB) sont venus faire état de cette situation qu’ils qualifient de « grande braderie » avec les responsables bovins de toute l’Occitanie. Jeudi 7 décembre, la rencontre s’est déroulée à Lanta (31) sur l’élevage charolais du Gaec Bouscatel.
Bruno Dufayet, président de la Fédération nationale bovine et éleveur dans le Cantal, a souligné la spécificité de la France, avec ses exploitations moyennes en races à viande à 60 mères. « Nous sommes attachés à ce modèle, basé sur un équilibre entre la taille du troupeau, la surface et la main-d’œuvre nécessaire. Ce modèle correspond aussi aux attentes de notre société. Pour qu’il perdure, nous devons revoir notre façon de faire le prix, pour mieux répartir la marge. » La démarche « Éleveur et engagé » a été construite dans ce sens : l’éleveur, dont l’animal entre dans le circuit, ne vend plus à perte. Sur le long terme, elle favorise la pérennité de l’élevage bovin en France. L’initiative vise aussi à apporter de la transparence dans les relations entre éleveurs et distributeurs. La signature « Éleveur et engagé », s’affiche sur le produit ou le rayon du distributeur et matérialise un produit de qualité. Chaque mois, 5 500 vaches allaitantes bénéficient de cette démarche lancée depuis 18 mois. La FNB a incité chaque section départementale à aller rencontrer les distributeurs locaux pour devenir partenaires et mieux couvrir le territoire.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1438, du 14 décembre 2017, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Nous ne pouvons imposer aux pays tiers les conditions d’exportation de nos produits.

s’est exclamé Stéphane Travers, le 7 février au congrès de la Fédération nationale bovine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui