Le Réveil Lozère 16 mars 2016 à 08h00 | Par Éva DZ

«Continuer à être une force de proposition»

L’association des producteurs de lait Lactalis Rodez organise une série de réunions à la rencontre de ses adhérents en mars, le 21 en Lozère, pour faire le point sur ses activités. Rencontre avec son président, Michel Costes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Éva DZ

Trois ans après sa mise en place, où en est votre OP ?
« L’APLR réunit plus de 350 producteurs livrant à Lactalis pour un volume de plus de 120 millions de litres de lait. Deux chiffres en légère progression. Ce qui fait que nous avons pu mettre en place un rapport de force dans le bon sens avec notre entreprise. Après trois ans de fonctionnement, j’ai le sentiment que notre OP fédère des producteurs qui croient en notre système et qui accompagnent nos demandes. C’est positif !
Quelle est la nature de vos travaux ?
Nous sommes une des premières OP Lactalis de France à avoir travaillé un schéma de gestion des volumes contractuels avec l’entreprise. Un gros travail a été réalisé par l’OP, de collecte, de saisie et de traitement des demandes. Au 20 janvier, les producteurs Lactalis avaient tous reçu leur attribution modifiée sur la paie de lait. Cette première étape est, à mon sens, réussie.

La suite dans le Réveil Lozère, page 8, édition du 17 mars 2016, numéro 1351

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Chacun doit accepter que le pastoralisme et le loup doivent trouver une solution. […] Même si j’ai une fibre écologiste, est-ce que je peux ignorer ces éleveurs qui, depuis le début de l’année, ont vu près de 10 000 brebis égorgées ? Est-ce que je peux ignorer leur détresse psychologique ?

a annoncé Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire le 23 juin dans la matinale de BFMTV-RMC. Il a aussi annoncé la mise en place d’un plan loup sur quatre ans qui commencerait le 1er janvier 2018.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui