Le Réveil Lozère 07 novembre 2018 à 09h00 | Par Aurélie Pasquelin

Consultation sur l'alimentation, deuxième partie

Lancée au printemps, la concertation sur l'alimentation de la région Occitanie entre dans sa deuxième phase. Les consommateurs ont jusqu'au 15 novembre pour définir les axes d'action du plan qui sera adopté en décembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aurélie Pasquelin

Grande cause régionale, l'alimentation est mise en avant pour cette année 2018. Un projet qui devrait aboutir à la création d'un pacte régional voté en décembre. En attendant, et pour faire le point sur les habitudes alimentaires et les attentes des habitants du territoire, la Région Occitanie a lancé une grande concertation sur le sujet. « La première partie, mise en place au printemps*, nous a permis de faire un état des lieux de la situation sur tous les départements », explique Aurélie Maillols, vice-présidente du conseil régional. D'avril à septembre les habitants de la région ont donc pu répondre à ce premier questionnaire, qui a reçu 55 000 réponses par internet ou par courrier. « C'est un nombre important qui nous permet d'avoir un panel assez large et donc de nous faire une idée plus précise des différentes habitudes sur la région », se félicite Aurélie Maillols. Ainsi, la moitié des personnes ayant répondu ont affirmé dépenser entre 100 et 200 euros chaque semaine pour l'alimentation de leur foyer. 54 % ont également déclaré acheter « souvent » des produits régionaux et 43 % pour les produits bio. De même, 61 % ont annoncé manger de la viande plusieurs fois par semaine et 67 % estiment « qu'avoir une alimentation permettant aux agriculteurs de percevoir des revenus décents est très important ».

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1483, du 8 novembre 2018, en page 3

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui