MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir Le Réveil Lozère quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique
Le Réveil Lozère 15 avril 2020 à 09h00 | Par Mélodie Comte

Conserver le passé pour l’avenir

Le centre de ressources biologiques (CRB) de Clermont-Ferrand est entièrement dévolu aux céréales à paille. Dans une bibliothèque réfrigérée, plus de 27 000 accessions de cinq espèces différentes sont précieusement conservées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Mélodie Comte

Certaines espèces sont vieilles de plus de mille ans. D’autres ont été créées des mains de l’hommes et ne seront jamais cultivées. A contrario, quelques-unes ont été les stars des champs passés et modernes. Qu’importe leur origine, toutes ont leur place dans cette bibliothèque céréalière. « C’est une des missions de service public de l’Inrae (récemment fusionné avec l’Irstea, NDLR) de conserver la biodiversité et de la tenir à disposition des professionnels comme des particuliers », explique François Balfourier, responsable de l’équipe diversité et organisation des ressources génétiques. Cinq espèces de céréales à paille sont stockées à Clermont-Ferrand : blé, orge, avoine, seigle et triticale. La collection globale se compose d’environ 14 000 blés tendres (dont seulement un tiers est d’origine française), 2 800 blés durs, 7 300 orges, 1 400 triticales, 1 300 avoines, 450 aegilops et 100 seigles. « Nous possédons la quasi-totalité des blés tendres cultivés en France depuis le 18e siècle ainsi que des variétés non-inscrites ». La bibliothèque s’enrichit régulièrement grâce aux échanges avec les sélectionneurs privés mais surtout grâce aux différents centres de ressources internationaux. En Europe, l’Allemagne et la Hollande en possèdent chacun un, mais la plus importante collection se trouve à Saint-Pétersbourg en Russie. « Nous collaborons également avec la Chine pour importer des populations naturelles. »

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1556, du 16 avril 2020, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Les exploitations d’élevage ne trouvent pas de repreneurs, des jeunes se détournent de ces filières

a dit le président de la FNSafer, Emmanuel Hyest lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le 28 mai.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui