Le Réveil Lozère 24 octobre 2018 à 10h00 | Par LE REVEIL LOZERE

Connaître et réduire l’empreinte carbone de la production de viande bovine

L’observatoire de fermes pour mesurer l’impact environnemental de l’élevage bovins viande se poursuit. Témoignage d’un éleveur du Mézenc.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Surpris par le potentiel de stockage de carbone sur son exploitation, Bernard Bonnefoy souhaite communiquer sur l’association « bilan environnemental et filière de qualité ».
Surpris par le potentiel de stockage de carbone sur son exploitation, Bernard Bonnefoy souhaite communiquer sur l’association « bilan environnemental et filière de qualité ». - © HLP

L’élevage est responsable à hauteur de 15 % des émissions de gaz à effet de serre (GES), dont 10 % pour les ruminants (9 % pour les bovins seuls), alors que l’agriculture représente 20 % de ces émissions (les transports 27 %, l’industrie 21 %). Mais dans le même temps, la séquestration du carbone dans les sols agricoles égale 90 % du potentiel de réduction des GES agricoles (source IPCC 2007, FAO 2010). Partant de ce contexte, l’Institut de l’élevage a mis en place un outil pour mesurer la performance environnementale et construire des plans d’actions, pour sensibiliser éleveurs et techniciens, identifier, tester et promouvoir les pratiques d’élevage bas carbone… 57 partenaires issus de quatre pays d’Europe, la France, l’Italie, l’Espagne et l’Irlande ont donc lancé sur 2016-2020 le Life Beef Carbon, un programme destiné à lancer une dynamique bas carbone dans la filière viande bovine. À l’occasion du Sommet de l’élevage, Mathieu Velghe et Jocelyn Andurand de l’Idele ont présenté ce projet, appuyés par le témoignage de Bernard Bonnefoy éleveur sur le plateau du Mézenc et Philippe Halter référent bovins viande à la chambre d’agriculture de Haute-Loire.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1481, du 25 octobre 2018, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui