Le Réveil Lozère 20 octobre 2015 à 08h00 | Par Sandra Hartmann

Comment va la ferme régionale ?

En Languedoc-Roussillon, la valeur de la production régionale s’est accrue de 2,9 % entre 2013 et 2014 et de 20 % depuis 2010, passant de 2 402 millions d’euros en 2010 à 2 894 millions d’euros en 2014.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La production laitière bovine régionale cumulée sur le premier semestre s’élève à 435 000 hectolitres. La Lozère représente 87 % de la production régionale avec 377 000 hectolitres.
La production laitière bovine régionale cumulée sur le premier semestre s’élève à 435 000 hectolitres. La Lozère représente 87 % de la production régionale avec 377 000 hectolitres. - © Réveil Lozère

Dans la région, en raison du poids de la viticulture, la croissance des prix du vin entraîne une hausse globale des prix de la production régionale. La viticulture régionale qui a traversé une crise de grande ampleur a restructuré son vignoble. Les prix, descendus très bas, avec un minimum atteint en 2006, progressent depuis cette date dans pratiquement tous les segments. Le poids de la production vitivinicole dans la production agricole est passé de 49 % en 2010 à 55 % en 2014. Les productions de fruits et de légumes (418 millions d’euros en 2014) ne cessent de décliner : moins 10 % en valeur depuis quatre ans faisant passer le poids de ces produits de 20 % de la production régionale en 2010 à 14 % en 2014. L’année 2014 a été mauvaise en arboriculture fruitière, particulièrement en pêches, en nectarines et en abricots. Concernant les grandes cultures, leur valorisation est variable d’une année sur l’autre en fonction des volumes récoltés ou des prix mais leur part dans la production régionale est stable à 9 %. Quant aux productions animales, axées sur la Lozère, leur concours à la production régionale est un peu plus faible (autour de 8 %). La production animale est en très légère croissance en 2014 en raison de la hausse de la production ovine (hausse des volumes et des prix) et de celle des prix du lait (vache, brebis et chèvre). En 2015, la production laitière bovine régionale cumulée sur le premier semestre s’élève à 435 000 hectolitres. La Lozère représente 87 % de la production régionale avec 377 000 hectolitres. La baisse des volumes régionaux livrés est liée à la réduction du nombre de producteurs laitiers et à l’abandon de l’activité laitière. Les livraisons laitières régionales sont pénalisées par la conjoncture défavorable avec un prix moyen payé aux producteurs ne cessant de diminuer depuis le début de l’année. Depuis octobre 2014, le cours du lait baisse au niveau national en raison d’une conjonction de facteurs : fermeture du marché russe, réduction de la demande chinoise accentuant l’engorgement du marché laitier européen, suppression des quotas laitiers contribuant à la diminution des prix. En Europe, le prix du lait payé aux producteurs a suivi la même évolution que le prix français. La chute est très marquée pour la très grande majorité des États membres. Comme au niveau national, le prix du lait régional est en baisse (14 %) au premier semestre de cette année par rapport au premier semestre 2014. Le prix moyen payé aux producteurs laitiers est de 0,326 € par litre de lait en Languedoc-Roussillon au premier semestre contre 0,379 € sur la même période l’an passé. La rémunération moyenne semestrielle en 2015 s’élève à 0,328 € par litre en Lozère contre 0,311 € par litre en moyenne pour les quatre autres départements de la région.

La suite dans le Réveil Lozère, page 7, édition du 22 octobre 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« N’en déplaise aux industriels laitiers européens, nous ne manquerons pas de dénoncer les éventuelles entorses à la règle que nous pourrions constater dans les magasins et de poursuivre notre combat pour rendre l’étiquetage [de l’origine des viandes et du lait dans les produits transformés, ndlr] obligatoire à long terme ».

Communiqué des Jeunes Agriculteurs, le 19 septembre

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui