Le Réveil Lozère 06 février 2018 à 01h00 | Par Marie TISSOT

Comment récolter un fourrage de qualité aujourd’hui et demain ?

Chaque année, les éleveurs s’interrogent sur la date la plus propice pour récolter leurs fourrages. Avec l’évolution climatique attendue, les pratiques relatives à la gestion des prairies devront s’adapter.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aurélie Pasquelin

La qualité des fourrages dépend de nombreux facteurs et notamment du stade de développement des plantes. Celui-ci est étroitement conditionné par les cumuls de températures. Des outils d’aide à la décision existent pour déterminer les dates de récoltes les plus adaptée à l’obtention d’un fourrage de qualité Les sommes de température sont d’excellents indicateurs permettant d’appréhender la maturité d’un fourrage. Plusieurs repères, référencés dans le tableau ci-contre, peuvent être mobilisés.
Les dates d’apparition des différentes stades de développement des plantes évoluent au regard du changement climatique. Afin d’anticiper les effets du changement climatique et non plus seulement de les subir, onze chambres d’agriculture du Massif central, se sont engagées dans un projet de recherche et développement visant à adapter les pratiques culturales au changement climatique (AP3C).

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1446, du 8 février 2018, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Alors que la population agricole décroît, nous avons les moyens de donner envie aux jeunes générations non issues du monde agricole de nous rejoindre pour un nouveau projet de vie en s’installant en agriculture biologique.

a déclaré Guillaume Riou, à l’occasion de sa réélection à la présidence de la fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab).