Le Réveil Lozère 24 novembre 2015 à 08h00 | Par CD

Comment profiter des atouts de la luzerne ?

Au Sommet de l'élevage, sur l'espace des fourrages, un point a été réalisé sur la culture de la luzerne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Sophie Bourgeois

« Grâce à ses nombreux atouts, la luzerne revient sur le devant de la scène. Mais des précautions sont à prendre quant à sa culture, de manière à les mettre en exergue : richesse en protéines (économie de l'ordre de 100 à 150 kg d'azote à l'hectare), productivité satisfaisante même dans des conditions difficiles (rendement de 12 à 14 tonnes de MS), bonne pousse en été (rendement supérieur aux graminées), pérennité allant de quatre à cinq ans », souligne Pascale Pelletier, de la société de consulting et de formation Prairie conseil.
La luzerne permet d'améliorer l'autonomie protéique des exploitations, tout en réduisant les achats de minéraux et de complémentaires azotés pour les rations hivernales. Elle dispose d'autre part d'une bonne complémentarité à l'auge avec un maïs riche en énergie mais pauvre en azote. Des essais menés à la ferme expérimentale des Bordes d'Arvalis dans l'Indre, sur douze prairies conduites en agriculture biologique et suivies cinq années consécutives, ont mis en évidence un meilleur tonnage de matière sèche des prairies multi-espèces, avec de la luzerne.

La suite dans le Réveil Lozère, page 10, édition du 26 novembre 2015, numéro 1335.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

On nous demande beaucoup d’efforts pour améliorer nos produits, sur la qualité, sur l’environnement, ce qui occasionne des coûts supplémentaires. Et dans le même temps, nous subissons de plus en plus d’importations de produits qui faussent la concurrence, et ne correspondent pas aux standards sanitaires et environnementaux qu’on nous impose.

expliquait Jérôme Despey, secrétaire général du syndicat FNSEA, quelques heures avant le début du blocage des raffineries et dépôts de carburants.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui