Le Réveil Lozère 19 février 2020 à 10h00 | Par Mélodie Comte

Comment appréhender cette nouvelle saison de pâturage ?

Après deux années de sécheresse, comment redémarrer sa pâture encore endolorie par le manque d’eau et les passages répétés des animaux ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Mélodie Comte

Ces deux dernières années n’ont pas été de tout repos pour les prairies. Les chaleurs répétées et les sécheresses ont lourdement entravé leur productivité mettant à mal l’autonomie alimentaire de plus d’un élevage. Système tout en herbe ou en polyculture, toutes les exploitations ont été touchées. Dès lors le premier réflexe de nombreux éleveurs a été de faire surpâturer les parcelles. L’hiver doux et le manque de paille ont encouragé à laisser les animaux en extérieur. « Le surpâturage s’est poursuivi ces derniers mois dans les secteurs de basses altitudes. Les prairies n’ont eu aucun repos, alors qu’en temps normal deux mois sont nécessaires à une prairie permanente pour se reposer et repartir sans risquer l’épuisement » souligne Pascale Faure, conseillère fourrage à la chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme. Alors que la prochaine saison de pâture commence d’ici quelques semaines, comment appréhender cette nouvelle campagne sur des prairies endolories ?

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1548, du 20 février 2020, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« Cet accord UE-Mercosur, qui vise essentiellement à exporter des voitures européennes pour importer plus de viande sud-américaine, doit être stoppé. »

Estime le collectif Stop-Ceta. La FNSEA, les JA et la FNB ont réclamé le 18 septembre l’abandon de l’accord commercial entre l’Union européenne et la zone du Mercosur.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui