Le Réveil Lozère 23 mai 2018 à 10h00 | Par Sophie Chatenet

Comité de bassin Loire-Bretagne : vers une ouverture des vannes sur le stockage de l’eau ?

Pour faire face aux conséquences du changement climatique, le comité de bassin Loire-Bretagne vient d’adopter un plan spécifique comportant plusieurs leviers d’actions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le bassin Loire-Bretagne représente 155 000 km², soit 28 % du territoire national métropolitain.
Le bassin Loire-Bretagne représente 155 000 km², soit 28 % du territoire national métropolitain. - © LB

Des sources de la Loire et de l’Allier jusqu’à la pointe du Finistère, le bassin Loire-Bretagne représente 155 000 km², soit 28 % du territoire national métropolitain. Il intéresse huit régions, 36 départements en intégralité ou en partie, près de 7 000 communes et plus de 13,3 millions d’habitants. L’agence de l’eau Loire-Bretagne dispose d’un comité de bassin comptant 190 membres, qui se réunit régulièrement. Dernièrement, après les bassins de Rhône-méditerranée et Corse, Seine-Normandie, Rhin-Meuse, et Artois-Picardie, le bassin Loire-Bretagne a adopté son plan d’adaptation au changement climatique. Ce plan qui n’a pas de caractère obligatoire a encore une fois donné lieu à des échanges nourris entre environnementalistes, agriculteurs, industriels… Au préalable, une première version du projet avait été soumise de mai à octobre 2017 à la consultation publique. Une seconde version, prenant en compte les retours, a donc été présentée au comité de bassin et adopté, ce 26 avril 2018 (117 pour, 4 contre et 19 blancs).

Freiner le réchauffement de l’eau
« Ce plan va orienter nos réflexions et nos financements lorsque nous allons travailler sur le futur Sdage », a indiqué Thierry Burlot, président du comité de bassin Loire-Bretagne.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1461, du 24 mai 2018, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui