Le Réveil Lozère 28 mars 2017 à 08h00 | Par SG

Coeur de gamme : Système U à la rencontre des éleveurs

Éleveurs et directeurs de magasins U s'étaient donné rendez-vous, mardi 14 mars à Villefranche-de-Lauragais (Haute-Garonne) pour aborder ensemble la mise en place du Coeur de gamme dans la région.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © SG

Système U a été le premier groupe de distribution à s’engager dans la démarche C½ur de gamme, en signant une charte avec la FNB dès le 1er juin 2016, à Paris. Depuis, Leclerc Carrefour, Auchan et Casino ont rejoint la démarche. Si ces enseignes s’impliquent à des niveaux divers dans sa mise en ½uvre, Système U souhaite faire de C½ur de gamme un élément clé de sa communication grand public. Mais la signature de la charte par l’enseigne n’a qu’une valeur incitative. « Les gérants de magasins U sont tous des indépendants », souligne Michel Bourbon, directeur d’un Super U dans l’Ardèche. « Chacun est donc libre de s’engager ou non dans la démarche. Actuellement, environ 50 magasins sur les 220* du territoire « Système U Sud » sont d’ores et déjà lancés. Mais ce mouvement va prendre de l’ampleur. » De fait, la communication interne se met en place et l’enseigne s’est associée à la fédération régionale bovine (FRB) et à Jeunes agriculteurs Occitanie, qui proposent aux distributeurs des journées de rencontres entre éleveurs et directeurs de magasins.

Trouver un juste équilibre dans les relations
Ils étaient une trentaine de directeurs de magasins U et responsables de boucheries de la région toulousaine à venir dans le Lauragais, ce 14 mars dernier. La journée a débuté à Maureville, par la visite de l’élevage de Didier Codecco. Pendant près de deux heures, cet éleveur de veaux fermiers a présenté avec passion son métier, ses pratiques, mais aussi ses contraintes et problématiques. Pour beaucoup de participants, c’était une première. « Il y a encore quelques années, on ne se parlait pas, ou alors en termes peu élogieux, reconnaît Michel Bourbon. Aujourd’hui, nous apprenons à nous connaître et à comprendre nos problèmes respectifs. Nous sommes de plus en plus attentifs à ce qui se passe dans le monde agricole.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1403, du 30 mars 2017, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Le loup n’est plus une espèce en voie de disparition. Nous faisons du lobbying à Bruxelles avec la Finlande pour le sortir de la liste des espèces en voie de disparition.

a affirmé Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture devant le congrès des Jeunes agriculteurs, le 6 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui