Le Réveil Lozère 03 mai 2017 à 08h00 | Par Suzanne Marion

Choisir son équipement de traite en se posant les bonnes questions

Une étude objective en amont est indispensable pour tout projet d’installation de traite, avant de porter son choix sur une salle de traite, un roto ou un robot.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En salle de traite, on appréhende la pénibilité et la main d’œuvre.
En salle de traite, on appréhende la pénibilité et la main d’œuvre. - © Jérôme Chabanne 

Robot, roto, salle de traite… choisir son système de traite va dépendre de la réponse à quelques questions qu’il convient de se poser en amont. Combien de vaches laitières à traire ? Combien de personnes seront dédiées à la traite ? Combien de temps peuvent-elles ou veulent-elles y passer par jour ? À cela il faut ajouter des notions de conditions de travail, de confort des hommes et des animaux, prévoir des évolutions et agrandissements éventuels, et enfin définir la somme à investir. À la Chambre d’agriculture de Haute-Loire, les techniciens spécialisés comme Yannick Chassefeyre, organise des formations spécifiques pour aider les éleveurs à faire les bons choix sur leur exploitation. « Les systèmes de traite dits “classiques” fonctionnent en moyenne trois heures par jour. Pourtant ils ont une durée de vie assez longue 15 à 20 ans ! D’où l’importance d’une grande réflexion pour faire son choix », insiste le technicien.

 

Suite de l'article et du dossier traite à lire dans le Réveil Lozère n°1408, du 4 mai 2017, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Malgré une interdiction de principe de l’utilisation de certains pesticides en période de floraison, plus de la moitié de leurs usages bénéficient de dérogations.

alerte l’Unaf (union nationale de l’apiculture française) dans un communiqué du 20 mai, journée mondiale des abeilles.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui