Le Réveil Lozère 05 juin 2019 à 10h00 | Par LE REVEIL LOZERE

Chlordécone, l’abaissement des limites de résidus étendu à de nouveaux produits

Un décret du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation paru le 26 mai au Journal officiel étend la liste des produits concernés par la diminution des limites maximales de résidus de chlordécone.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les viandes ou produits à base de viandes porcines, ovines, caprines ou de volailles devront respecter le seuil de 0,020mg/kg. Ce niveau, fixé par l’arrêté du 25 janvier 2019, concernait uniquement la viande bovine et les produits à base de poisson, qui devaient le respecter pour « être reconnues propres à la consommation humaine ». Ce premier arrêté faisait suite à une annonce de François de Rugy lors d’une audition devant la délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale, le 24 janvier. Le ministre de la Transition écologique et solidaire avait promis un décret garantissant un « haut niveau de protection sanitaire pour les consommateurs ». La chlordécone, insecticide très persistant dans les milieux naturels, a été utilisée contre le charançon du bananier jusqu’en 1993 aux Antilles.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui