Le Réveil Lozère 29 mars 2016 à 08h00 | Par Sandra Hartmann

Changement de présidence à la Sepab

André Veyrac par ailleurs président de Celia, a succédé à Bernard Martin à la présidence de la Sepab le 10 mars.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 Trois navires peuvent être chargés simultanément, ce qui représente sept à huit camions par heure et par navire.
Trois navires peuvent être chargés simultanément, ce qui représente sept à huit camions par heure et par navire. - © François d'Alteroche

André Veyrac, l’Aveyronnais remplace Bernard Martin, l’Audois à la présidence de la Sepab. La société d’exploitation du parc à bestiaux (Sepab) est une SARL comprenant 14 actionnaires : exportateurs, transitaires, interprofession et actionnaires privés. Pour le nouveau président, il va s’agir de clôturer les chantiers en cours, à savoir « le changement de quai avec de nouveaux bâtiments et l’agrandissement de la plateforme de lavage des camions ». Le nouveau parc devrait permettre de stocker 400 gros bovins supplémentaires et porter la capacité totale à 1 200 têtes. Avec une moyenne annuelle de 85 000 bovins et 107 escales navires, la Sepab génère, selon les années, entre 10 et 25 % du trafic du port de Sète, ce qui en fait le premier port européen pour cette activité. « Trois navires peuvent être chargés simultanément, ce qui représente sept à huit camions par heure et par navire. Chaque navire a en moyenne deux millions d’euros de chargement. » L’export se fait essentiellement sur le pourtour méditerranéen. Cent cinquante mille bovins sont partis l’an passé.

La suite dans le Réveil Lozère, page 6, édition du 31 mars 2016, numéro 1353.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« N’en déplaise aux industriels laitiers européens, nous ne manquerons pas de dénoncer les éventuelles entorses à la règle que nous pourrions constater dans les magasins et de poursuivre notre combat pour rendre l’étiquetage [de l’origine des viandes et du lait dans les produits transformés, ndlr] obligatoire à long terme ».

Communiqué des Jeunes Agriculteurs, le 19 septembre

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui